Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2006 2 26 /12 /décembre /2006 22:16

Gargantua n'est pas qu’une création de Rabelais. Au début du XVIe siècle, bien avant l'œuvre du grand écrivain, des livrets de colportage racontaient déjà les aventures du célèbre géant. En fait, celui-ci parcourait depuis longtemps la campagne, laissant ici ou là des traces de pas ou de doigts, oubliant sa pierre affiloire, buvant ou faisant jaillir les rivières, créant marais et buttes de ses déjections...

Qui est Gargantua ? C’est un personnage imaginaire, un géant qui est apparu dans les légendes locales et le folklore français bien avant les textes de Rabelais. Il ne parait point méchant mais plutôt maladroit. C’était un grand voyageur et qui, par sa grande taille et ses maladresses, laissa des traces dans toutes les régions de France (voir le site ). Il était le fils de Gargamelle, sa mère, fille du roi des Papillons  et Grandgousier, son père. Selon les textes de Rabelais, il vint au monde par l’oreille gauche de sa mère. Avant l’age de douze ans il gagna une bataille et fonda l’abbaye de Thélême. Sa femme se nomma Badebec et son fils : Pantagruel.

Par l’intermédiaire de cet article, je vais vous présenter son passage dans la Picardie.

Comme dans toutes les régions françaises, on trouve ses traces dans les trois départements de la Picardie.

- Dans l’Aisne :

A Mont-Saint-Père, Gargantua boit dans la rivière la Marne et avale un bateau. Il a un pied sur le clocher de Mézy, et l’autre sur celui de Chartièves.

Il déverse sa hotte et il créait ainsi la montagne où la ville de Laon est implanté. Le reste de sa hotte forme la butte sablonneuse de Molinchar.

A Bois-les-Pargny, on trouve le Veyziau de Gargantua (pierre affiloire) qui est un menhir. Il se nomme aussi le menhir de la Haute-Borne. Il mesure 5.00 m de haut et il serait enterré de 2.00 ou 3.00 m de profondeur. Il avait à ces côté un autre menhir qu’un des propriétaires du terrain a détruit.

- Dans l’Oise :

Il existe un mont qui domine la vallée de la Brèche à Haudivilliers : le mont Gargan.

Installé sur la butte de Montjavoult, Il lance un caillou vers Neuville-Bosc. Il rate son coup et la pierre tombe près de Lavilletertre, au hameau de Romesnil (voir mon article sur le menhir : Palet de Gargantua).

Un autre menhir, celui de Borest, près de Senlis. Il se nomme la Queuse de Gargantua (Queuse : pierre affiloire).

- Dans la Somme :

Dans son ouvrage, Jean-Marie François raconte comment Gargantua à créer la Baie de la Somme en voulant se rafréchir.

Gargantua créait la rivière l’Authie en urinant.

Entre Noyelles-sur-Mer et Port-le-Grand, il créa la Fosse à Gargantua quand il emporta la terre un jour de dégel. Il forma aussi avec cette même terre trois tertres dont celui de Martimont.

Près de Ham, à Eppeville, il débarrassa son sabot de cinq caillou et il forma l’alignement près de la Somme, dans les marais.

Près de cette commune il existait un autre petit menhir qui provenait d’un de ses sabot : la Pierre qui Pousse. C’est peut-être un des menhir de l’alignement cité si-dessus car un des menhir de l’alignement porte le même nom.

Un autre caillou issu de son sabot se figea en terre à Flamicourt, près de Doingt : le menhir de la Pierre-Fiche de Gargantua.

A Warloy-Ballon, une légende dit qu’il est né d’un ours et d’une femme. Son père lui adjoint 14 valets ayant même ascendance.

A Nesle, il figure comme mannequin dans le carnaval de cette commune.

Partager cet article
Repost0